Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

Comme les connaisseurs le savent déjà, notre boutique lutte contre les idées préconçues du thé sous toutes ses formes. C’est le raison pour laquelle vous avez pu lire dans des annuaires ou sur des blogs que nous sommes jeunes, que nous aimons le thé, et que nous souhaitons le promouvoir auprès de notre génération. Nous n’aimons pas l’image de luxe élitiste ni celle de maison de retraite que donnent la plupart des autres marques. Mais ce que nous détestons plus que tout, ce sont bien sûr les images commerciales préfabriquées de maison qui se vantent de 140 ans de savoir-faire mais dont la création remonte à 2003, ou de celles qui ont réellement 140 ans de savoir faire mais qui ne se reposent plus que sur leur nom, leur marque, et abritent en réalité de gras commerçants peu scrupuleux n’hésitant pas à vendre du thé pollué aux métaux lourds et aux pesticides

Si nous avons créé cette boutique, c’est effectivement pour insuffler un peu de l’honnêteté et de la dignité que nous n’arrivions pas à trouver dans le monde du thé, mais également pour aider à sa promotion en mettant les points sur les « i » et en corrigeant les erreurs faites à la fois sur le thé lui-même, mais aussi sur ses effets, sur ses limites, sur ses défauts et ses qualités.

Aujourd’hui, nous souhaitions donc vous parler d’un blog dont un des articles nous a paru aller tout droit dans le même sens que nous. Il s’agit du blog indépendant Culot-thé. Un article daté d’il y a deux mois revenait sur les préjugés du thé et poussait un coup de gueule contre les mous du bulbe refusant de faire l’effort de comprendre ce qu’est le thé, et se contentant de fonctionner au réflexe, au stéréotype et à l’habitude. Nous avons trouvé cet article si pertinent, et tellement proche de notre propre agacement, que nous avons souhaité le promouvoir.

Durant nos ventes en direct, nous rencontrons beaucoup de clients aux connaissances assez floues sur le thé. Certains nous posent des questions et s’instruisent avec plaisir, d’autres disent des bêtises et s’excusent lorsque nous les corrigeons, mais il y en a qui vous donnent envie de vous mordre le bras très fort pour ne pas leur crier dessus. Le cas de ce monsieur, en dégustation, et auquel on propose un thé vert ou un thé noir, en lui précisant les parfums. Réponse : « Ah non moi je veux du vrai thé je veux un thé vert ». Jusqu’ici encore, bon, nous lui servons son thé vert en lui précisant que seul le thé rouge n’est pas du « vrai » thé. Première gorgée, et le monsieur manque de s’étouffer. « Mais c’est pas du vrai thé ça, ça n’a pas de goût !« . Le thé vert est effectivement moins fort que le noir, mais on sent notre patience qui s’effrite déjà. Nous lui demandons alors ce qu’il appelle un « vrai thé ». « Eh ben, c’est un thé à la menthe, c’est fort dans la bouche !« . Après lui avoir expliqué que nous n’avions pas préparé de thé vert à la menthe et lui avoir proposé un thé noir à la place, il l’accepta et le trouva à son goût. Pas de hurlement primaire ce jour là, ouf !

Le cas également d’une dame qui cherchait du thé nature (ce que nous n’avons pas, ou pas pour le moment du moins). S’orientant vers notre thé noir BIO Earl Grey, nous lui précisons que c’est donc un thé à la bergamote, un agrume proche du citron vert. Sa réaction ne manqua pas de nous surprendre : « Ah bon, vous parfumez votre thé Earl Grey, vous !« , le tout déclamé avec un air légèrement outré que nous puissions avoir le culot de parfumer un thé Earl Grey avec de la bergamote. Il fallu lui expliquer que « Earl Grey » n’est ni une espèce de théier comme le thé Assam, ni un mode de production du thé, ni encore un terroir connu comme le Darjeeling. Mais simplement n’importe quel thé noir parfumé à la bergamote, et auquel on donne alors le nom de Earl Grey, en hommage au comte Charles Grey qui a popularisé cette recette au 19e siècle !

L’article de Culot-the, intitulé « Les préjugés du thé », revient sur tous ces petits réflexes à propos du thé contre lesquels nous luttons au quotidien. Le thé n’a pas de goût, c’est pour les femmes, je préfère le café, etc… Très souvent, il nous a fallu faire goûter notre thé pour pouvoir faire changer d’avis une personne. L’invasion monopolistique des thés Lipton en sachet a fait de gros dégâts au monde du thé, et l’arrivée de Special T de Nestlé ne risque pas d’arranger les choses. Les gens sont tellement habitués à ce que le thé qui leur soit servi en restaurant, chez leur grand-mère, à leur travail, et partout ailleurs, soit un immonde monticule de poussières de thé aux métaux lourds confiné dans un sachet en papier, qu’ils ne s’imaginent même pas ce qu’est réellement le thé. Et après dégustation, certains ne comprennent pas que ce que nous leur avons fait découvrir, c’est seulement du thé véritable, et pas un tour de passe-passe à base de lait, de jus de fruit, de sirop de grenadine ou de bonbons gélifiés. Il y a les incrédules, les émerveillés, les sceptiques, les révoltés, mais tous ont un point commun : ils ne s’attendaient pas à ça.

Le seul sujet sur lequel nous ne sommes pas d’accord avec cet article, c’est le prix du thé. A 15 € les 100g, vous pouvez vous acheter un thé de grande marque, mais ce n’est aucunement synonyme de qualité. Notre thé a converti des amateurs de thés de luxe par le goût et la qualité uniquement ! Certains avaient même peur que nous leur présentions une note proche des 30 € les 100g. Mais non, 5 €, c’est tout ce que nous nous permettons, notre but n’étant pas de devenir riche mais de proposer du thé de qualité. Qui plus est, ces thés vendus 15 € les 100g le sont souvent en boîte métal. Alors c’est très mignon, très design, magnifique pour les fashionista. Sauf que ces boîtes métal sont produites industriellement, sont stockées des mois avant leur vente, et ne sont pas hermétiques du tout. Votre thé est donc très cher, est manipulé par des machines et non par des passionnés comme nous, il n’est pas extra-frais comme le nôtre, et il perd son parfum dès sa production, et continue de le perdre ensuite chez vous, à cause d’une boîte en métal qui évente le thé à vitesse grand V, vous forçant à en racheter (ben oui, puisque c’est là le but de toute la manoeuvre, vous faire consommer, c’est aussi pour ça qu’ils conseillent parfois de mettre 15g de thé par tasse, histoire que ça parte plus vite). Conclusion : si vous êtes malins et que vous aimez ce qui est de qualité, vous paierez 5 € les 100g. Si au contraire vous voulez vous acheter des boîtes en métal et que la qualité du thé à l’intérieur n’est qu’accessoire, alors vous vous fendrez de payer le triple.

Bref, si vous avez des amis qui vous assènent leurs ridicules préjugés sur le thé, faites-leur goûter un bon thé comme ceux que nous proposons, et lisez-leur l’article de Culot-thé pendant qu’ils se régalent de leur découverte !

Publicités